accueil  / NOUVELLES
 

Discours de M. Ronald Gabriel à l'ouverture de la conférence "Transformations Globales et Nouveaux Risques".
Centre de Convention et de Documentation de la BRH
03 mai 2018



Mesdames/Messieurs,
Chers collègues,
Chers invités,


La Banque de la République d’Haïti (lance) initie officiellement aujourd’hui une activité riche en promesses pour la réflexion et l’action dans l’orientation et la conduite des politiques publiques ainsi que dans la gouvernance du secteur privé. Il s’agit d’un espace de diffusion de connaissances et d’échanges (d’idées) sur des problématiques qui touchent à l’économique, au social, à la science et à la technologie. La conférence du jour est la deuxième d’une longue série d’interventions de nature préférablement prospective où les membres de la communauté académique, les praticiens des secteurs privés et publics et les professionnels des institutions de développement trouveront et exposeront les substances qui inspireront leurs actions.

C’est dans ce cadre-là, qu’au nom du Conseil d’Administration de la BRH et de l’Institut de Formation de la Banque Centrale, je souhaite une chaleureuse bienvenue à chacun des participants à ce forum. Le thème des réflexions de ce jeudi est majeur pour qui veut scruter la frontière des nouveaux horizons de l’activité humaine : « Transformations Globales et Nouveaux Risques », devrais- je rappeler que les risques sont une combinaison des enjeux et des aléas. C’est à cet exercice passionnant que nous invitent les intervenants de ce jeudi. Le choix du thème est à la mesure des compétences choisies pour développer les sujets qui seront couverts. Et c’est avec emphase que je salue nos conférenciers en leur disant combien nous sommes tout ouïes.

Mesdames, Messieurs,

On se plait souvent à dire que le présent c’était hier et que le futur c’est aujourd’hui. Pour être économiste, je connais la frustration de devoir projeter le futur à partir de la mémoire – j’allais dire du passé - dans un monde en constante accélération technologique. Ce qui ferait dire (l’humoriste), parlant de l’économiste, que le futur c’était hier. Pourtant un palliatif existe dans le domaine de la prospective même si, dans l’état actuel de l’art, ce qui fait la force des outils de politiques publiques, c’est le réalisme de leur condition d’application. Il doit donc nécessairement exister un lieu contemporain d’arbitrage entre la boite à outils bien ficelés du policy maker et les domaines futurs d’application que les technologies nous permettent d’augurer. Une façon de donner ancrage à notre rêve de développement. C’est dans ce sillon que s’inscrit cet espace d’échange, auquel vous tous ici présents, allez contribuer pour renforcer l’économie du savoir et du savoir-faire.

Cette initiative vient à point nommé pour fixer une activité récurrente dans le défilement des nombreux événements dont le Centre de Convention et de Documentation sera l’hôte. Il s’agit, dans notre entendement, d’un moment renouvelé de la réflexion pour relever le niveau du dialogue dans notre communauté. Il s’agit aussi de renforcer le poids des problématiques économiques et techniques dans les discussions sur les choix de société donnant ainsi à l’action politique les moyens de son objectif. Une telle démarche a la vertu d’ouvrir les champs d’action de développement des acteurs sociaux dans un environnement où la politique surdétermine le tout social. Il s’agit finalement d’encourager et de faciliter la diffusion de connaissances pour éclairer les choix de politiques publiques de manière optimale. Le savoir et le savoir-faire sont des facteurs de production d’autant plus déterminants dans le relèvement de l’activité économique en Haïti que le déficit de capitaux est extrêmement pesant.

Mesdames, Messieurs Ce nouvel espace de réflexions du jeudi perdrait de sa portée utilitaire si les échanges qu’il engendre ne se transforment en idées qu’un environnement adéquat canalisera en actions de développement. La limitation actuelle des ressources préposées à la prospection intellectuelle nous impose d’optimiser l’existant pour en tirer un produit qui sied à la fois les besoins de la réflexion pure et ceux de son application pratique dans un souci de transformation socio-économique. L’objectif d’une croissance économique forte et autoentretenue est au cœur cette démarche. C’est à ce carrefour fondamental que ce nouvel espace d’échanges rencontre notre Agenda Monétaire Pour La Croissance et l’Emploi. C’est également ce qui motive la modeste contribution de la Banque de la République d’Haïti à la mise en place d’une politique viable de Recherche et Développement lorsque les conditions le permettront.

Cette activité de réflexions et d’échanges étant lancé, il appartient à la communauté des travailleurs intellectuels de se l’approprier. Il s’agit d’un jalon posé, à côté de tant d’autres, dans la constitution d’une pensée critique qui soit suffisamment autonome et féconde pour répondre aux spécificités que l’action de développement en Haïti ne cesse de soulever.

Sur le plan de l’organisation, cet espace sera animé par un ensemble de ressources nationales et internationales d’horizons divers: académiques, policy makers, chercheurs, acteurs des secteurs public et privé. La BRH honore ses devanciers et invite la communauté intellectuelle et professionnelle à multiplier les initiatives du genre. Elle formule le vœu, qu’à terme, cet espace de réflexions évolue vers un THINK TANK qui serait un bien public au service des politiques publiques.

Nous avons donc désormais notre rendez-vous du jeudi. Et c’est déjà un bien commun, une obligation partagée.

Mesdames, Messieurs,

Je vous prie de vous joindre à moi pour remercier, vous, les invités et.. les conférenciers venus de loin.

Bonne participation