accueil / Politique monétaire / Marché des changes

Marché des changes

Les interventions non-routinières de la BRH sur le marché des changes constituent l'un des instruments dont elle dispose pour articuler sa politique monétaire. Elles peuvent être assimilées à une opération d' "open market" où la BRH intervient sur le marché formel des changes (banques et agents de change agréés) pour acheter ou vendre des devises lorsqu'elle le juge nécessaire

En 1999, les interventions de la Banque Centrale sur le marché des changes sont utilisées essentiellement :

    • comme instrument complémentaire de régulation de la liquidité bancaire, notamment en période de pression sur les taux;

    • pour manifester une présence active de la BRH qui cesse ainsi d’être un acteur passif du marché des changes.

    Régulation de la liquidité bancaire

    Les interventions de la BRH sur le marché des changes sont passées par trois étapes principales. La première, qui date d’avant 1994, est caractérisée par une absence de la Banque Centrale du marché en raison de la faiblesse de ses réserves.

    La deuxième, qui débute avec l’exercice fiscal 1995, a vu une augmentation considérable des réserves officielles de la banque due à la reprise massive de l’aide externe. Cet afflux de devises est survenu dans le cadre d’accords de soutien à la balance des paiements et d’appui au budget. L’objectif au cours de cette période était d’utiliser les interventions sur le marché pour récupérer le plus de liquidités possible et contribuer à la stabilité des prix et du taux de change.

    La troisième phase, commencée en 1996, continue les visées de la deuxième tout en les agrémentant d’un objectif supplémentaire : la manifestation de la présence de la BRH comme acteur à part entière sur le marché des changes.

    Les interventions de la BRH sur le marché des changes qui ont vu le jour sous forme d’adjudications dite à la hollandaise, c’est-à-dire de vente au plus offrant, ont évolué pour prendre la forme d'interventions effectuées par téléphone par les cambistes du front-office du service des changes de la BRH en attendant d'en arriver, à terme, à des transactions électroniques.

    Présence active de la BRH sur le marché

    Il n’est pas superflu d’insister sur l’orientation récente des interventions de la Banque Centrale sur le marché des changes. Certes, elles servent toujours à corriger des situations où les autorités monétaires jugent que la gourde subit des attaques spéculatives et tend à se déprécier de manière soutenue. Mais elles visent aussi maintenant à affirmer la présence de la BRH sur le marché à l’achat comme à la vente : le processus d’adjudication a été délaissé au profit des interventions directes par des "traders" de la BRH comme cela se fait dans toutes les banques de la place. Cette nouvelle dynamique dans le processus d’intervention a permis à la BRH :

    • d’avoir un meilleure connaissance du marché en y participant;

    • d’être de manière continue au courant de tout mouvement de taux (donc des cotations qui peuvent affecter le marché);

    • de se confirmer comme un acteur du système en banalisant ses interventions;

    • d’avoir la possibilité de financer ses dépenses récurrentes en devises via le marché sans puiser dans ses réserves officielles.

    Interventions par exercice